اضغط هنا

وزير الصيد يحظر تصدير ثلاث عينات من الأسماك مخصصة للاستهلاك المحلي   وزير الصيد يحظر تصدير ثلاث عينات من الأسماك مخصصة للاستهلاك المحلي   أكرا: مصادر رسمية تؤكد شغل الوزير الأول لمقعد موريتانيا.. والجبهة تنفي ذلك   الجبهة الوطنية للدفاع عن الديمقرطية: "قمة أكرا خيرت الانقلابيين بين الجلوس في المقاعد الخلفية أو العودة من حيث أتوا"   مصدر حكومي: السلطات الغانية أبلغتنا أنها طردت وفد الجبهة من المركز الإعلامي للقمة   مصرع سبعة أشخاص في حادث سير على طريق الأمل   "الجبهة" تؤكد انسحاب وفد الوزير الول من اجتماعات أكرا.. ومصادر في الوفد تنفي ذلك   مقتل جندي موريتاني وإصابة آخر بجراح في حادث إطلاق نار غامض شمال البلاد   النيابة العامة تأمر "بفرض السكينة" ليلا في نواكشوط   نص خطاب رئيس المجلس الأعلى للدولة بمناسبة عيد الفطر المبارك  
البحث

الجريدة
الموقع القديم
الأخبار

Les cadres de Tidjikja renouvellent leur soutien au HCE et condamnent le terrorisme

اضغط لصورة أكبر
Ville de TIdjikja(quartier administratif) photo ANI

Les cadres des 5 communes de la capitale de la wilaya du Tagant (Tidjikja, Rachid, Nimlane, Koudia et Oudey Emejbour) ont renouvelé samedi leur soutien au Haut Conseil d'Etat sous la président du général Mohamed Ould Abdel Aziz, Chef de l'Etat pour avoir été au rendez-vous en prenant la décision de sauver la Mauritanie du démantèlement, du chaos et de la guerre civile.

Ces cadres ont assuré, dans un rassemblement organisé vendredi soir à Nouakchott, "les parlementaires, les acteurs politiques et sociaux et les mais de la Mauritanie de leur contribution dans le cadre d'une large concertation libre et franche et la mise en place d'une feuille de route pour un retour rapide à la situation constitutionnelle normale comme indiqué lors de la dernière session extraordinaire du Parlement".
Ils ont également condamné, dans un communiqué rendu public à cet égard, les actes criminels et barbares perpétrés par les terroristes contre notre pays et que renient à la fois, la conscience, la religion et les valeurs humaines".
Le communiqué lance un appel "pressant à tous les fils du pays pour qu'ils placent les intérêts de la Mauritanie avant toute autre considération et accompagnent dans leur démarche les autorités nationales du pays qui ont assumé une lourde responsabilité pour l'amour de la Mauritanie et de ses intérêts supérieurs".
Le communiqué des cadres de Tidjikja indique que le même appel est lancé aux frères et amis de la Mauritanie dans la nation arabe, en Afrique et dans le monde entier pour appuyer notre pays afin de surmonter les obstacles imposés et renouer avec son statut de modèle démocratique, de havre de paix et de stabilité et de partenaire privilégiés dans la lutte que mène le monde civilisé contre la barbarie, le terrorisme, l'extrémisme, le trafic de drogue et l'émigration clandestine."
Les cadres de Tidjikja invitent également les mauritaniens qui naviguent encore contre le courant de la vérité et de la raison, et tous ceux, de par le monde, qui prônent la démocratie et se soucient de ce régime pluraliste basé sur la loi de la majorité à respecter la volonté de la majorité de la plus grande partie des mauritaniens ayant soutenu le mouvement de la rectification du 06 Août dernier et qui sauvé le pays de la dérive".
 

Voici ce communiqué des cadres de Tidjikja :

Nouakchott, le 26 septembre 2008
Déclaration

Nous, cadres de Tidjikja, capitale de la Wilaya du Tagant et de ses cinq communes (Tidjikja, Rachid, Nimlane, Koudia et Oudey Emejbour), réunis à Nouakchott le vendredi 26 septembre 2008, 40 jours après le mouvement correctif du 6 août, 12 jours après l’incident qui a opposé, le 14 septembre 2008, une patrouille de nos fore armées à un groupe de terroristes qui préparait une série d’actes inhumains et sanguinaires au nord du pays et suite à l’embuscade tendue à la patrouille et soldée par la prise en otage de 11 militaires ainsi que leur guide par la bande d’hors-la-loi qui les lâchement exécutés et mutilés dans le cadre de cette opération barbare que renient, à la fois, la conscience, la religion et les valeurs humaines.

Les cadres signataires :
• Rappelant la situation de blocage total dans laquelle se trouvaient les institutions de l’Etat suite (i) au refus du Président déchu d’écouter la majorité qui l’a porté au pouvoir, (ii) à son opposition à ce que les représentants du peuple s’acquittent de leurs missions constitutionnelles et (iii) à son discours dans lequel il menaçait explicitement le Parlement et semait implicitement la division au sein de l’armée en dressant les éléments de celle-ci les uns les autres et (iv) aux déviations dangereuses qui l’ont amené à prendre une mesure sans précédent et en toute illégitimité en concertation avec certains complices non affiliés à la Fonction publique concernant le limogeage, simultané, de tous les chefs d’institutions militaires et de sécurité.
• Rappelant le large mouvement national qui s’est manifesté à travers tout le pays - toutes tendances confondues au sein du Parlement, des partis politiques et de la société civile – pour faire échec à cette tentative ; ce à quoi l’institution militaire et de sécurité a répondu favorablement en prenant la bonne décision au moment où Ould Cheikh Abdallahi avait l’intention d’engager la Mauritanie dans la voie du démantèlement, du chaos et de la guerre civile. Notre Armée républicaine et nos officiers supérieurs, profondément attachés aux idéaux de la démocratie et de l’Etat de droit, étaient au rendez-vous avec l’histoire pour mener la Mauritanie sur la voie des réformes, du renforcement de la démocratie au service du pays et du citoyen dans le cadre d’un changement caractérisé par le non recours aux armes, où aucune goutte de sang n’a coulé et où les intérêts de tous ont été scrupuleusement respectés. De même, toutes les libertés (d’expression, de circulation et d’organisation) ont été protégées et les institutions démocratiques respectées à l’exception de la source du mal qui a été remplacée provisoirement avec la promesse ferme de parachever le processus dans les meilleurs délais.
• Se positionnant consciemment au sein de la majorité des mauritaniens qui ont soutenu le changement et ses dirigeants, à savoir : plus de 120 parlementaires sur les 151 que comptent les deux chambres, 201 maires sur les 216 que compte le pays et plus de 50 partis sur 60 partis officiellement reconnus soutenus en cela par des milliers de mauritaniens et de mauritaniennes à l’intérieur comme à l’extérieur qui se sont exprimés à travers les marches, meetings, réunions, déclarations et autres moyens d’expression face à une minorité constituée des proches du président déchu ou de personnes bénéficiant de ses prébendes sur la base des liens de loyauté, de parenté ou de clientélisme et connus pour leur opposition aux règles élémentaires de la démocratie qui édictent notamment que la minorité doit respecter les choix de la majorité laquelle doit jouir de ses pleins droits dans une démocratie pluraliste.
• Tirant la sonnette d’alarme et lançant un appel pressant à toutes les consciences nationales et internationales et à toutes les forces vives du pays et dans le monde face à l’agression perfide menée contre notre territoire et son armée, contre la vie paisible de nos citoyens et la sécurité de notre pays par des bandes de mécréants et de voyous affiliés au groupe salafiste algérien de prêche et de combat qui a entraîné dans son sillage aussi bien des jeunes mauritaniens que d’autres ressortissants de la région qui partagent ensemble le fait qu’ils n’ont aucun repère moral ou religieux. Ces actes de guerre ont été perpétrés successivement à Lemghaïty, Ghallawiya et Tourine contre notre peuple et nos forces armées et la paisibilité de notre pays. Récemment ces attaques ont pris pour cibles, à Aleg, de paisibles ressortissants de pays amis qui ont aimé le nôtre, ses beaux paysages, son désert pittoresque et son sable doré et les populations de la capitale. Face à ces actes barbares, nos forces de police et de sécurité sont venues à bout des agresseurs et ont assuré la quiétude de nos citoyens et la sécurité de leurs biens.
• Partant du fait que la démocratie est, précisément, ce à quoi aspirent les mauritaniens et que les solutions imposées de l’étranger, donc ne résultant pas de la volonté nationale, sont inacceptables et ayant la ferme conviction que ceux qui tentent d’agir hors du contexte mauritanien ou en partant de considérations n’ayant aucun lien avec les principes et les objectifs clairement énoncés se trompent lourdement.

Déclarent solennellement ce qui suit :
• Renouvellent leur soutien (i) au mouvement correctif qui a eu lieu au bon moment et a réalisé son principal objectif consistant à sortir le pays de l’impasse et du démantèlement (ii) ainsi qu’au Haut Conseil d’Etat qui a assumé ses responsabilités en ce moment précis sous le commandement du Général Mohamed Ould Abdel Aziz et ses compagnons à qui revient le mérite d’avoir instauré la démocratie au cours des dernières années et qui viennent ainsi répondre à l’appel de la nation et remettre en place le processus démocratique ouvrant ainsi la voie aux citoyens pour élire un président digne de confiance et capable de veiller à la stabilité du pays, à son avenir et à ses intérêts menacés.
• Assurent les parlementaires, les acteurs politiques et sociaux et les amis de la Mauritanie de leur contribution, dans le cadre d’une large concertation, libre et franche, à la mise en place d’une feuille de route définissant les modalités d’un retour à une situation constitutionnelle normale à travers l’organisation d’élections présidentielles libres et transparentes complétant ainsi les institutions existantes qui ont été maintenues et préservées par le dernier changement et telles que confirmées par la session extraordinaire du Parlement qui a pris ses décisions en toute souveraineté (Création d’une haute cour de justice, feuille de route pour les journées de concertation sur le retour à l’ordre constitutionnel).
• Condamnent énergiquement l’agression continue perpétrée contre notre pays par l’organisation terroriste d’Al Qaïda et son agent au « Maghreb islamique » comme il prétend être et en particulier la dernière attaque barbare menée contre notre armée à Tourine en assassinant froidement nos soldats sur notre territoire et en les mutilant de façon abjecte et pire que les actes les plus sauvages du moyen âge.
• Expriment leurs profondes condoléances au peuple mauritanien, à son armée et aux familles des martyrs, en implorant Allah le Tout Puissant de compenser leur jeune âge par le Paradis.
• Lancent un appel pressant à tous les fils du pays pour qu’ils placent les intérêts de la Mauritanie avant toute autre considération, notamment les intérêts personnels et accompagnent dans leur démarche, et à l’instar de l’écrasante majorité de notre peuple, les dirigeants de notre pays qui ont assumé une lourde responsabilité pour l’amour du pays et de ses intérêts supérieurs sous la direction du Général Mohamed Ould Abdel Aziz. Le même appel est lancé aux frères et amis de la Mauritanie dans le monde arabe, en Afrique et dans le monde entier pour appuyer notre pays afin de surmonter les obstacles qui lui ont été imposés et renouer ainsi avec son statut de modèle de réussite en matière de démocratie, de havre de paix et de stabilité et de partenaire privilégié dans la lutte que mène le monde civilisé contre la barbarie, le terrorisme, l’extrémisme, le trafic de la drogue et l’émigration clandestine.
• Invitent les mauritaniens qui naviguent encore contre le courant de la vérité et de la raison et tous ceux, de par le monde, qui prônent la démocratie et se soucient de ce régime pluraliste basé sur la loi de la majorité à respecter la volonté de celle-ci et donc la plus grande partie des mauritaniens, y compris les signataires, telle qu’elle a été exprimée par les représentants du peuple à travers l’article 2 de la constitution qui prévoit que la volonté populaire est exercée par ses élus.

Les participants
 

تاريخ الإضافة: 27-09-2008 17:16:11 القراءة رقم : 306
 الصفحة الرئيسية
 الأخبار
 قضايا و آراء
 تقارير
 مقابلات
 من نحن؟
 مابسي
 روابط
 اتصل بنا
 خارطة الموقع
 البريد الألكتروني
 الموقع القديم
عدد الزوار:3810151 جميع الحقوق محفوظة مابسي © 2008