اضغط هنا

اضغط هنا

اختتام أيام ثقافية ورياضية فى بلدية " ابير التورس"   "اشبيه ولد الشيخ ماء العينين " ينفى اعتناقه المذهب الشيعي ويصف الوضعية الاقتصادية للبلد ب"الكارثية"   التجمع من اجل الوحدة والديمقراطية يدق ناقوس خطر الجفاف   الأمين العام لمنسقية العصر ينفي فبركة بيان باسمها ويؤكد تمسكها بالرئيس والاحصاء   احمد ولد داداه ينفي ما اسند إليه من أوصاف سيئة للرئيس الأسبق اعل ولد محمد فال   منسقية حزب "العصر" تتهم جهات بفبركة بيان باسمها   استقالات جماعية من الكونفدرالية الحرة لعمال موريتانيا   في الاك :العثور على لقيط في حي "الجديدة"   عشرات الطلبة الموريتانيين الممنوحين إلى المغرب عالقون أمام السفارة بحثا عن التسجيل   مصدر في السفارة الليبية ينفي فرض المجلس الانتقالي التأشيرة على الموريتانيين  
البحث

الجريدة
الموقع القديم
الأخبار

Des OSC mettent en garde contre les conséquences de l’enrôlement

Des organisations de la société civile mauritanienne ont rendu public, intitulé « le fichier de la honte tue » un communiqué dans lequel elles mettent engarde contre les conséquences vers lesquelles pourraient conduire l’enrôlement en cours, notamment avec « l’obstination affichée des pouvoirs publics » concernant cette question.
 

                               ANI publie ce communiqué :

                           Le fichier de la honte tue
                        Note d’information conjointe
Depuis quelques mois et en dépit des avertissements réitérés, la Mauritanie s’enfonce dans la crise dite de «l’enrôlement/identification » au registre de l’état-civil.
Le trouble résulte du refus obstiné, par le gouvernement, de prendre en compte les
Inquiétudes, maintes fois exprimées, parmi les partis et les organisations de la société civile - dont les nôtres – sur le potentiel de discrimination dans le mode opératoire
En effet, nombre de citoyens ont été récusés sans raison valable par les commissions
en charge de la vérification. D’autres sont soumis à des interrogatoires humiliants qui se lisent et s’interprètent comme une insidieuse volonté d’exclusion. Nombreux, encore, ont vu dans la composition même des commissions, une manière sournoise d’exercer le filtrage. De l’aveu même du Ministre de l’Intérieur, l’opération n’a touché à ce jour, depuis 5 mois, qu’un peu plus de 100 000 personnes, soit en moyenne 13, par moughataa et par jour, sur toute l’étendue du territoire. Le chiffre justifie, à lui tout seul, l’arrêt immédiat du processus, afin d’en dégager le bilan, avant une réévaluation consensuelle.
Au lieu de comprendre l’ampleur et la profondeur des appréhensions, de prendre les mesures nécessaires pour communiquer, expliquer, rassurer et changer ce qui doit l’être, au lieu de prendre acte des insuffisances techniques, le gouvernement s’obstine à éluder toute autocritique.
Devant les protestations légitimes des citoyens Noirs non arabophones, principales cibles du zèle au « contrôle de mauritanité », les pouvoirs publics hésitent, tergiversent, entre tentatives de médiation et abus de la contrainte, notamment à Kaédi et Maghama. Ici, tous les témoignages attestent de multi-tirs, croisés, à balles réelles, sur le jeune manifestant désarmé Lamine Mangane. D’autres personnes furent gravement blessées suite à l’usage d’armes à feu, par les forces de l’ordre, le 27 septembre, lors d’une marche du collectif « Touche pas à ma nationalité ».
Depuis, les actes de violence occasionnaient des incendies de véhicules, des saccages et des pillages sur les biens privés et publics. Les autorités procèdent à l’arrestation de plusieurs individus dans la capitale et s’efforcent de créditer, comme le commande le réflexe entretenu sous la dictature de Ould Taya, l’idée d’un complot exécuté par des « étrangers ».
Graduellement, le pays glisse vers la ligne de clivage ethnique, malgré l’expérience douloureuse de la fin des années 1980. Jusqu’ici, l’attitude dominante au sommet de
l’Etat, se caractérise par l’improvisation, la permanence de l’impunité et le postulat du doute sur la nationalité du négro-africain de Mauritanie.
Ainsi, nos associations appellent-elles les organisations de la société civile et les partis politiques à une action conjointe pour contribuer, vite, à protéger la citoyenneté et l’égalité des droits, seuls garants de l’unité et de la cohésion nationale ; un état-civil moderne, fiable et viable en naitra.
Nouakchott le 3 octobre 2011.
Signataires :
-S.O.S.- Esclaves, le Président Boubacar Messaoud
-Conscience et Résistance (CR), le porte parole, El Arby Ould Saleck
-Association Mauritanienne des Droits de l’Homme, la Présidente Fatimata M’Baye
-Association des Femmes Chefs de
 

اضغط لصورة أكبر
تاريخ الإضافة: 04-10-2011 17:25:24 القراءة رقم : 301
 الصفحة الرئيسية
 الأخبار
 قضايا و آراء
 تقارير
 مقابلات
 من نحن؟
 مابسي
 روابط
 اتصل بنا
 خارطة الموقع
 البريد الألكتروني
 الموقع القديم

عدد الزوار:45277878 جميع الحقوق محفوظة مابسي © 2009