اضغط هنا

اضغط هنا

عمال "ماتال" يتوقفون عن العمل للمطالبة بتحسين اوضاعهم   ندوة تأبينية للفنانة الموريتانية الراحلة ديمي بنت آبه   مواطنون من إزويرات و ضيوف من نواكشوط يشاركون كتيبة المدرعات يومياتها   ولد عبد العزيز: القاعدة أدخلت وحدات إلى "وغادو" بعد انسحابنا.. والسجناء وضعناهم في منطقة معزولة   شبكة الصحفيات الموريتانيات تنظم يوما تحسيسيا حول المراهقة مرحلة الفرص   نواب الحزب الحاكم، يتهمون نواب المعارضة بانتهاك حرمات الجمعية الوطنية   نواب المعارضة: "اتفاقية الصيد خيانة لموريتانيا وانسحبنا عنها لكي لا نكون شهود عليها"   عشرات الشبان يتظاهرون امام البرلمان للمطالبة باطلاق سراح زملائهم   الرئيس الموريتاني: القذافي لم يعد بإمكانه حكم ليبيا ورحيله بات ضروريا   عمال فيMCM يضربون عن العمل احتجاجا على عدم التجاوب مع مطالبهم  
البحث

الجريدة
الموقع القديم
الأخبار

La tragédie de la famille Ehel Bouna se poursuit en Espagne

اضغط لصورة أكبر
Les deux parents et le gendre sont emprisonnés en Espagne

Selon des sources de la colonie mauritanienne en Esagne, la justice de ce pays vient d’ordonner à Mohamed Ould Abdallahi Ould Bouna de se rendre aux autorités carcérales pour purger une peine de deux ans et six mois prononcée à son encontre par un tribunal catalan.
 

Mohamed est le père de Sellemha Mint dont les parents et le mari croupissent depuis des années dans les prisons espagnoles, après avoir donné en mariage leur fille « mineure » à son cousin mauritanien. Après avoir passé quatre ans sous surveillance judicaire en péninsule ibérique, il doit, selon l’ordre judiciaire, se rendre à la prison avant le 14 juin prochain.
Avec l’emprisonnement de Mohamed, toute la famille d’Issellemha est, au grand complet, embastillée en Espagne. Moctar Salem, le mari est en prison depuis quatre ans, en même temps que Hawa, a belle mère.
Aupravant, des sources avaient affirmé que les gouvernements mauritaniens et espagnols étaient tombés d’accord pour l’extradition, vers Nouakchott, de la famille Ehel Bouna. Ce qui n’a pu se faire, jusqu’à présent, à cause du non payement des amandes liées à l’exécution de cet acte dont le montant s’élève à 15 000 euros. Un tribunal espagnol a émis un acte pour constater l’incapacité de la famille à payer le montant en question.
La tragédie de cette famille immigrée mauritanienne a commencé en 2007, quand les deux parents de Isselmha furent arrêté par la justice espagnole, en même temps que le mari de leur fille pour « mariage forcé de mineure ». Commença alors un cycle infernal de procès qui se terminera par la condamnation à 12 ans d’emprisonnement de la mère et du mari, cependant que le père a écopé de deux années six mois de réclusion.
La famille Ehel Bouna continue à appeler le gouvernement mauritanien à intervenir pour la sauver des affres que lui fait subir la justice du royaume d’Espagne.
 

اضغط لصورة أكبر
تاريخ الإضافة: 04-06-2011 18:38:18 القراءة رقم : 307
 الصفحة الرئيسية
 الأخبار
 قضايا و آراء
 تقارير
 مقابلات
 من نحن؟
 مابسي
 روابط
 اتصل بنا
 خارطة الموقع
 البريد الألكتروني
 الموقع القديم

عدد الزوار:41516396 جميع الحقوق محفوظة مابسي © 2009