البيان الصادر في أعقاب اجتماع مجلس الوزراء   الاعلان ميلاد "فريق الأحرار" في مجلس الشيوخ   عدد من أعضاء مجلس الشيوخ ينددون بدخول قوات الأمن إلى مجلس الشيوخ أثناء جلبهم لعقيلة الرئيس السابق   جبهة الدفاع عن الديمقراطية تحذر من "مغبة المساس بكرامة" حرم الرئيس السابق   مجلس الوزراء: تعيينات جديدة   انتهاء أولى جلسات التحقيق مع "ختو بنت البخاري" بعد رفضها الرد على أسئلة لجنة التحقيق   الشرطة تقتاد ختو بنت البخاري بالقوة من منزلها إلى مجلس الشيوخ   "حاتم" يدعو للتحقيق في هجوم"تورين".. وجلب منفذيه أمام العدالة   جبهة الدفاع عن الديمقراطية: "السادس من أكتوبر آخر فرصة أمام الانقلابيين"   نقابات التعليم الثانوي: "التحويلات الأخيرة مظنة للمحسوبية والزبونية"  
البحث

الجريدة
الموقع القديم
الأخبار

Les 2/3 des députés veulent une session extraordinaire du Parlement

اضغط لصورة أكبر
Assemblée nationale

Plus des deux tiers des députés de l'Assemblée nationale mauritanienne, qui soutiennent le coup d'Etat militaire du 6 août, ont déposé une demande de convocation d'une session extraordinaire du Parlement le 20 août, a annoncé vendredi la radio nationale.

Selon le député d'Atar (nord) Sidi Mohamed Ould Maham, interrogé par l'AFP, 71 députés sur 95 ont fait cette demande.
Le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, élu en mars 2007, a été renversé la semaine dernière par un putsch mené par le chef de la garde présidentielle, le général Mohamed Ould Abdel Aziz.
Selon la radio nationale, citant une lettre des députés pro-putsch, la session extraordinaire du Parlement aurait notamment pour objet d'élire les huit membres de la Haute cour de justice (quatre issus de l'Assemblée et quatre du Sénat) qui pourrait juger le président (renversé) et les ministres pour "fautes lourdes" dans la gestion des affaires publiques.
Les parlementaires discuteraient également de la création d'une commission d'enquête du Sénat sur la "gestion et les modes de financement" de la fondation caritative de l'épouse du président renversé, Khattou Mint Boukhary, selon la radio.
Mercredi, la grande grande majorité des maires (191 sur 216) et des parlementaires (106 sur 151) de Mauritanie avaient affiché leur soutien clair et net au coup d'Etat, qu'ils appellent "mouvement de rectification".
Ces 106 parlementaires pro-putsch avaient évoqué dans une lettre "le contexte de crise politique et institutionnelle aiguë ayant abouti à l'obstruction systématique au fonctionnement de l'institution parlementaire par des pratiques anticonstitutionnelles de l'ex-président de la République et de son gouvernement".
Un mois avant le coup d'Etat, le président avait menacé de dissoudre le Parlement, en réponse à une motion de censure déposée par des députés "frondeurs" de sa propre majorité.
Début août, le gouvernement avait rejeté une nouvelle demande des députés pour la tenue d'une session extraordinaire du Parlement visant à désigner des commissions d'enquête, dont une sur la fondation de la Première dame.
(©AFP)
 

تاريخ الإضافة: 15-08-2008 11:31:03 القراءة رقم : 362
 الصفحة الرئيسية
 الأخبار
 قضايا و آراء
 تقارير
 مقابلات
 من نحن؟
 مابسي
 روابط
 اتصل بنا
 خارطة الموقع
 البريد الألكتروني
 الموقع القديم
عدد الزوار:3616518 جميع الحقوق محفوظة مابسي © 2008