اضغط هنا

اضغط هنا

"الموقعون بالدماء" تؤكد أن "جهاديين" من دول غربية يشاركون في احتجاز الرهائن بالجزائر   عاجل..كتيبة "الموقعون بالدماء" تشترط وقف الهجوم الفرنسي على أزواد مقابل سلامة المحتجزين في الجزائر   ولد بوعمامه "لونا": مرتاحون لموقف علماء موريتانيا   "الموقعون بالدماء" لـ"ونا": نحذر الجزائر من مغبة محاولة تحرير المحتجزين   مالي: بدء المعارك البرية المباشرة بين القوات الفرنسية والإسلاميين   "جماعة الملثمين" تعلن احتجاز 41 رهينة غربيا في الجزائر   "25 فبراير" تبث تسجيلا منسوبا للسفيرة الأمريكية في نواكشوط تهاجم فيه المعارضة الموريتانية   عمال "شنكر موريتانيا" يدخلون في إضراب عن العمل   تقارير: موريتانيا تسلمت 200 مليون دولار من ليبيا بعد تسليم السنوسي   عاجل: كتيبة الملثمين تتبنى احتجاز خمسة غربييين في الجزائر  
البحث

الجريدة
الموقع القديم
تــقـــاريـــر

Réseau des femmes journalistes de Mauritanie : Plaidoyer en faveur de l’enfance à Nouadhibou

اضغط لصورة أكبر

Reportage d’Ely Ould Maghlah
Le réseau des femmes journalistes a organisé du 16 au 22 mai 2012, à Nouadhibou, en collaboration avec l’UNICEF, une campagne de sensibilisation sur le rapport de l’Unicef consacré cette année au thème de l’enfance en milieu urbain.
 

Au cours de ce séjour dans la capitale économique, les femmes journaliste ont pu rencontrer l’ensemble des acteurs agissant dans le secteur de l’enfance, notamment les autorités administratives et les organisations de la société civile. Des visites et des séances de travail avec ces responsables ont été effectuées par la délégation.
Des échanges fructueux ont caractérisé ces rencontres aussi bien avec les services de la wilaya, que ceux de la représentation du ministère des affaires sociales de l’enfance et de la famille(MASEF). Ces rencontres ont également englobé le service de pédiatrie de l’hôpital régional et les centres d’accueil d’enfants sans assistance parentale et de nutrition
Vision de l’autorité administrative
Au cours d’une première rencontre avec le wali mouçaid de Dakhlet Nouadhibou Mohamed Mahmoud Ould El Moustapha, ce dernier a affirmé que la ville de Nouadhibouaccueille un grand flux migratoire qui « n’est pas toujours positif ». Il a ajouté que c’est une cité qui subit l’impact de la mondialisation et nous devons ériger des barrières pour protéger certaines de nos spécificités culturelles et morales.
Il a ajouté que la capitale économique est une ville qui reste au diapason de ce qui se passe dans le monde, de part sont ouverture maritime, terrestre et aérienne
Au cours des échanges avec les membres de la délégation du réseau des femmes journalistes mauritaniennes, le Wali mouçaid a fait ressortir que l’immigration n’est pas «obligatoirement positive », car elle apporte d’autre choses « nuisibles à notre société, notamment le trafic de drogue, la criminalité et les trafics de tous genres ».
Il s’agit a-t-il poursuivi, de modèle observé quotidiennement par la jeunesse et par les enfants qui, s’ils ne sont pas suffisamment protégés, risquent de perdre leurs propres repères.
Par ailleurs, a-t-il ajouté nous avons beaucoup de soucis pour les enfants et nous souhaitons une reforme du système éducatif pour qu’il puisse prendre en compte cette problématique et faire face aux défis de l’heure.
 

L’avis du medecin chef du service de pédiatrie

Les enfants à Nouadhibou sont ciblés par une vaste campagne de sensibilisation, notamment à travers des centres d’accueil qui travaillent en collaboration avec l’UNICEF et dont l’objectif Au niveau de l’hôpital régional, les femmes journalistes ont pu s’enquérir de la situation des enfants au service de pédiatrie. S’adressant aux journalistes, Dr Mohamed Mahmoud Ould Ely Mahmoud, a indiqué qu’il existe seulement« du moment qu’il n’ya aucune couveuse qui fonctionne, il ya 4 tables chauffantes que nous utilisons pour ne pas abandonner les enfants à leur propre sort ».
Dr Ould Ely Mahmoud a également mentionné que « les cas de malnutrition critique sont devenus de plus en plus rares depuis que nous avons engagé une campagne de sensibilisation de mamans sur l’importance du lait pour les enfants ». Auparavant a-t-il poursuivi, il y avait une campagne visant l’abandon de l’allaitement artificiel qui, peut-on dire, a eu un effet négatif, car les mamans ont voulu respecter les conseils, quitte à ce que les enfants restent parfois sans lait. « Ce qui porte un lourd préjudice à leur santé », a-t-il déploré.
En outre, Dr Mohamed Mahmoud a mentionné qu’il n’existe pas un centre de nutrition digne de ce nom à Nouadhibou, pour cela, les médecins sont à cheval sur les conseils prodigués aux mères.
Concernant l’apport de l’UNICEF pour les enfants de Nouadhibou, le chef du service de pédiatrie a souligné « si l’Unicef veut lutter contre la malnutrition à Nouadhibou, je crois qu’ils doivent aller vers des choses concrètes ».

L’apport de la société civile

La délégation des femmes journalistes de Mauritanie a au cours de son séjour à Nouadhibou tenu des séances de travail avec les responsables du centre de l’Association enfants et développement en Mauritanie(ADEM).
Cette association présente également à Nouakchott qui prend en compte les enfants en difficulté ou employés comme main d’œuvre facile (3000 cas). Cette organisation prospecte, accueille et réoriente ces enfants, notamment en les envoyant à l’école pour ceux encore en âge de scolarité ;
Le Centre d’accueil de l’ADE M a déjà abattu des travaux importants, notamment en matière d’accompagnement d’enfants en difficultés, en organisant des sorties sur le terrain et en établissant des actes d’état civile (42 dossiers) pour ceux qui n’en disposaient afin de permettre leur intégration à l’école.
Au niveau du Centre de nutrition e la Commune de Nouadhibou, les femmes journaliste ont pu participer à une distribution de ration et prendre part à une séance de sensibilisation destinée aux mères d’enfants ayant des difficultés nutritionnelles.
Selon Aminettou Mint Abbass, ce centre créé en 1996, est le fruit d’une collaboration entre la commune de Nouadhibou et l’UNICEF. Il accueille, très souvent entre 20 et 25 enfants avec des besoins nutritionnels. « Aujourd’hui, a-telle mentionné, nous avons deux cas de malnutrition aigue qui nécessitent un suivi de plusieurs mois.
Par ailleurs, Mint Abbass a indiqué que cette structure disposait d’un stock de épuisé depuis le 9ème mois 2011, qui était mis en place par l’UNICEF et que, aujourd’hui, i continue à marcher grâce à une subvention de la mairie qui réalise des stocks à partie de produits locaux. Nous avons, a-t-elle poursuivi, d’autres partenaires, dont Medecins Delmondo, qui nous mettent en place des variétés de lait multivitaminé.
Après avoir animé une émission en direct sur l’antenne de la station régionale de Radio Mauritanie, les femmes journaliste ont pu se rendre dans un centre de prise en chargé d’handicapés tenu par une ressortissante coréenne Mme Kwon Kyung Sook.
Mme Soook a affirmé qu’elle engagée sur son chemin au service des handicapés à Nouadhibou, où son défunt mari avait connu la fin de ses jours. « Du moment que c’est ici que mon mari est mort ici, mon cœur doit y rester », a-t-elle mentionné entourée de 35 enfants dont l’enthousiasme est remarquable.
 

تاريخ الإضافة: 2012-05-30 20:25:24 القراءة رقم : 768
 الصفحة الرئيسية
 الأخبار
 قضايا و آراء
 تقارير
 مقابلات
 من نحن؟
 مابسي
 روابط
 اتصل بنا
 خارطة الموقع
 البريد الألكتروني
 الموقع القديم

عدد الزوار:58263528 جميع الحقوق محفوظة مابسي © 2009