اضغط هنا

اضغط هنا

"الموقعون بالدماء" تؤكد أن "جهاديين" من دول غربية يشاركون في احتجاز الرهائن بالجزائر   عاجل..كتيبة "الموقعون بالدماء" تشترط وقف الهجوم الفرنسي على أزواد مقابل سلامة المحتجزين في الجزائر   ولد بوعمامه "لونا": مرتاحون لموقف علماء موريتانيا   "الموقعون بالدماء" لـ"ونا": نحذر الجزائر من مغبة محاولة تحرير المحتجزين   مالي: بدء المعارك البرية المباشرة بين القوات الفرنسية والإسلاميين   "جماعة الملثمين" تعلن احتجاز 41 رهينة غربيا في الجزائر   "25 فبراير" تبث تسجيلا منسوبا للسفيرة الأمريكية في نواكشوط تهاجم فيه المعارضة الموريتانية   عمال "شنكر موريتانيا" يدخلون في إضراب عن العمل   تقارير: موريتانيا تسلمت 200 مليون دولار من ليبيا بعد تسليم السنوسي   عاجل: كتيبة الملثمين تتبنى احتجاز خمسة غربييين في الجزائر  
البحث

الجريدة
الموقع القديم
مقابلات

Isselmou Ould Moustapha, président du PCD: «Aziz dégage !» n’est pas un programme politique ni un projet de société»

اضغط لصورة أكبر

La scène politique aura connu en cette fin du mois de juin, une véritable bougeotte avec la marche «décisive» de la COD et son meeting du 23 juin sous le slogan «Aziz dégage !» de la place Ibn Abass. Mais aussi la manifestation, sur la même place le surlendemain, des femmes de la Majorité présidentielle, sous le slogan «Aziz reste !». Entre les deux camps, des voix se lèvent pour tenter d’apaiser le climat politique, autant dans la Majorité que dans l’opposition modérée avec l’initiative de Messaoud Ould Boulkheir, président de l’APP et membre de la CAP. Sans oublier d’autres initiatives de personnalités nationales appelant au rapprochement des points de vue entre la COD et le Pouvoir, qui calmerait l’atmosphère et aboutirait à une solution de sortie de crise politique.

Nouakchott Info a rencontré M. Isselmou Ould Moustapha, président du Parti de la Concertation Démocratique (PCD), membre du bureau exécutif de la Majorité, pour en savoir davantage.

Nouakchott Info: La COD ne décolère pas et visiblement, elle jette aux orties l’initiative du président de l’APP, M. Messaoud Ould Boulkheir lequel suggère la désignation d’un gouvernement d’union nationale qui superviserait les prochaines élections municipales et législatives. Quelle analyse en faites-vous ?

Isselmou Ould Moustapha: Tout de suite, j’aimerai noter qu’il ne faut pas faire de l’amalgame en pensant que l’initiative de Messaoud Ould Boulkheir est, comme l’ont compris certains, parrainé par le Président de la république Mohamed Ould Abdel Aziz. Certes, le président Messaoud est un homme sage, porteur de bonnes idées et qui veut jouer un rôle en cette période de lourdeur du climat politique pour aider à son apaisement. Mais cela s’arrête là. Y réussira-t-il ? C’est ce que j’espère pour lui. Mais encore une fois, c’est une démarche personnelle de Messaoud qui fait le porte à porte afin de rassembler autour de son idée autant de monde que possible. J’indiquerai seulement que si son objectif est de former un gouvernement d’union nationale, il y a une majorité qui gouverne et qui n’entend pas se dessaisir de son pouvoir pour plaire à une opposition qui veut, au contraire, entraver le travail de ce gouvernement. Pour moi, le président Messaoud aurait du convaincre l’opposition radicale qu’elle a été battue aux élections présidentielles tout comme lui et se constituer en opposition responsable, tout comme au lieu de saboter l’économie nationale, perturber l’année scolaire, appeler au soulèvement populaire et exiger le départ d’un président élu dont elle avait reconnu la légitimité.


Nouakchott Info : Pensez-vous que l’entêtement de la COD à faire «déguerpir» le pouvoir en place se justifie et surtout a-t-elle les moyens de son ambition ?

I.M.: Notre parti a opté pour la démocratie et nous en respectons les règles de jeu. D’abord parce que la loi nous les impose et ensuite parce que c’est grâce à elle que nous pouvons aujourd’hui aspirer à occuper les plus hautes charges de l’Etat. Ceci doit être valable pour toutes les formations politiques qui se respectent et qui se doivent de rejeter le recours à la force pour prendre le pouvoir. Je vois que la COD, à force de vouloir copier ce qui se passe ailleurs, a, malheureusement, démissionné de ce cadre démocratique. Pourtant, elle sait parfaitement bien que dans ces pays, il n’y avait pas de liberté contrairement à chez nous où elle existe depuis plusieurs années déjà et notre peuple est habitué à la pratique démocratique. Non seulement, la COD veut faire un coup d’Etat civil, mais elle refuse de comprendre que le peuple mauritanien, qui est un peuple éveillé et n’accepte plus qu’on lui dicte ce qu’il doit faire, a rejeté ce message d’agitation et d’instabilité qu’elle lui propose. Car ce slogan «Aziz dégage !» n’est pas un programme politique ni un projet de société alors que c’est le seul objectif de la COD et cela ne peut se réaliser. A y voir de près, on est tenté de penser que parce que le peuple ne les avait pas choisi, ils ont décidé de s’unir pour lui imposer leurs idées. Le hic est que même si le peuple se laissait faire, ils ne s’entendront pas sur qui deviendra leur chef !

Nouakchott Info: Certaines voix se lèvent pour réclamer un dialogue bis qui complèterait ou améliorerait celui amorcé en septembre et octobre derniers. Qu’en dites-vous ?

I.M.: Le dialogue doit être continu parce qu’il permet d’améliorer et de s’adapter aux conjonctures. En réalité, le président de la République avait, bien avant l’amorce de ce dialogue avec certains politiques, fait plusieurs appels au dialogue et tendu la main à l’opposition en rencontrant la plupart de ses leaders dont Ahmed Ould Daddah, Jemil Mansour, Messaoud Ould Boulkheir, Boidiel Ould Houmeid, Yahya Ould Ahmed El Waghf, et j’en passe. Mais à chaque fois, des conditions qui n’étaient pas objectives étaient posées par certains d’entre eux et c’est d’ailleurs à cause de cela que le dialogue a fini par être réalisé avec les uns et sans les autres. Et pourtant les résultants obtenus étaient au-dessus des attentes. L’interdiction des candidatures indépendantes, la fin de la transhumance politique, la mise en place d’une CENI toute fondée de pouvoir, sont autant de gages de la sincérité du pouvoir et en particulier du président Mohamed Ould Abdel Aziz d’engager résolument le pays sur la voie de la démocratie, la bonne gouvernance, la transparence, la justice, l’égalité et le bien-être des populations. La COD a ses raisons pour rejeter ce dialogue mais je crains qu’elle ne puisse se justifier que par le fait que tant qu’elle n’y est pas, elle n’en veut pas.
Propos recueillis par Mohamed Ould Khattatt
 

تاريخ الإضافة: 04-07-2012 15:52:35 القراءة رقم : 859
 الصفحة الرئيسية
 الأخبار
 قضايا و آراء
 تقارير
 مقابلات
 من نحن؟
 مابسي
 روابط
 اتصل بنا
 خارطة الموقع
 البريد الألكتروني
 الموقع القديم

عدد الزوار:58263605 جميع الحقوق محفوظة مابسي © 2009