France-Mauritanie : comment Aziz sécurise la visite de Macron

mar, 2018-06-12 01:42

Jeune Afrique - Le programme de la visite d'Emmanuel Macron en Mauritanie, du 2 au 3 juillet prochain, se précise. Si les questions économiques figurent en bonne place, un dossier est actuellement au centre des préoccupations : les mesures de sécurité lors des déplacements du président français dans le pays. 

Emmanuel Macron se rendra en Mauritanie du 2 au 3 juillet, accompagné de la première dame, Brigitte Macron, avant de rejoindre le Nigeria. D’abord dans le cadre du sommet de l’UA, puis en visite officielle.

Le chef de l’État français bénéficiera des importantes mesures de sécurité prises pour l’organisation de l’événement panafricain. Une réunion entre les trois corps d’armée, présidée par Mohamed Ould Abdelaziz, se tient chaque jour à ce sujet au Palais.

Cette visite est organisée par Joël Meyer, l’ambassadeur de France, et par Franck Paris, le « Monsieur Afrique » de l’Élysée, en mission préparatoire à Nouakchott jusqu’au 13 juin. Bien que le programme soit en cours d’élaboration, plusieurs pistes se précisent.

Une étape près de la frontière malienne

Selon nos sources, Macron devrait se rendre, à bord d’un petit avion militaire, à Kiffa, près de la frontière malienne (Sud), afin d’y inaugurer une centrale solaire financée par l’AFD – dont le directeur général, Rémy Rioux, devrait être du voyage.

« Aziz » souhaite faire passer un message : le pays est sécurisé du nord au sud

Un premier temps envisagée, la destination d’Atar (Nord), où une base française forme l’armée mauritanienne, a finalement été écartée, Macron souhaitant donner un cachet économique à son voyage. 

« Aziz », qui l’accompagnera tout au long de cette visite, souhaite, pour sa part, faire passer un message : le pays est sécurisé du nord au sud. Enfin, Emmanuel Macron devrait dormir à la résidence attenante à la présidence, qui abrite une maison d’hôtes.

Par ailleurs, une délégation du Medef International séjournera en Mauritanie du 9 au 11 juillet. Elle sera présidée par Éric-Bastien Ballouhey, patron des Grands Moulins de Mauritanie – sur le point d’être cédé au groupe américain Seaboard. 

Les secteurs des infrastructures, des télécoms, du BTP et du conseil seront essentiellement représentés. Medef International n’a pas envoyé de mission à Nouakchott depuis 2012.