A Washington, les diplomates africains insistent sur la question du Sahel

dim, 2017-11-19 09:46

RFI - Trente-sept ministres des Affaires étrangères africains se sont réunis ce vendredi 17 novembre àWashington à l’invitation du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson. Il s’agissait du premier grand rendez-vous diplomatique entre l’administration Trump et le continent.

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, ancien patron d’une grande compagnie pétrolière, a résolument orienté les débats sur le développement économique et les investissements. Mais le préalable pour assurer le développement c’est la sécurité. Et les Africains ont insisté sur la question duSahel.

Soulemane Zeraboussa, ministre du Commerce, représentait la Côte d’ivoire à ce rendez vous : « Nous souhaitons que les Etats Unis en fassent plus pour le G5 Sahel. Nous en parlons avec beaucoup d'insistance car il y va de la paix et de la stabilité dans la région. »

Soixante millions de dollars

Les Américains ont débloqué soixante millions de dollars, mais pas directement pour la force du G5, ce qui contrarie Mamadi Touré, ministre des Affaires étrangères de Guinée : « On aurait préféré une assistance à la force conjointe. »
Donald Yamamoto, secrétaire d’Etat adjoint américain chargé de l’Afrique, a cependant indiqué que « le Burkina Faso va recevoir une partie de cet argent, comme le Niger, la Mauritanie, le Mali, le Tchad. Et je pense que de cette manière on peut répondre aux besoins spécifiques de ces pays, et obtenir de biens meilleurs résultats. »

Le secrétaire d’Etat américain a promis de se rendre prochainement en Afrique. Il a évoqué une tournée dès le début de l’année 2018.

RFI / Anthony Fouchard