Dakar empêche une conférence de presse contre la Mauritanie

dim, 2017-10-01 20:48

En empêchant la tenue, ce samedi 30 septembre2017, d’une conférence de presse organisée par des activistes des droits humains ennemis de la Mauritanie, les autorités sénégalaises ont faitmontre d’une grande sagesse, la paix et la stabilité des deux côtés des rives du fleuve, valant mieux que les tribulations et les tergiversations de quelques trouble-fêtes, en mal de reconnaissance internationale, commerçants de la guerre civile et des zizanies. 

En effet, peu confiantes en elles-mêmes pour convaincre les Mauritaniens avec leurs discours fallacieux et mensongers, IRA et les organisations de droits humains qui lui prêtent oreille complaisante, se sont rendues à Dakar pour répandre leur venin contre la Mauritanie, prétextant agir dans le sens de la liberté, de la démocratie et des droits de l’Homme.

Pourtant, si tel était vrai et si la cause était juste, pourquoi ne pas tenir cette conférence de presse à Nouakchott, la presse mauritanienne ayant toujours été omniprésente, objective et disponible pour rapporter fidèlement ce que l’opposition mauritanienne se décide à déclarer, y compris IRA.

Seulement voilà, se sachant peu écoutés et même fortement discrédités par leur passé et leurs fausses allégations, IRA et compagnie (avocats et acolytes de tous genres autant mauritaniens, sénégalais, que français et belges …) ont cru pouvoir se servir de la République sœur du Sénégal voisin, comme terrain de chasse pour tirer sur la Mauritanie, voulant ainsi satisfaire leurs vilains desseins sur l’autel du bon voisinage et de la fraternité ancestrale qui lie nos deux peuples.

Or, le Pouvoir de Dakar n’est pas dupe et sait à quoi se tenir lorsque le danger guette la Mauritanie parce que le malheur de l’un ne fait pas forcément le bonheur de l’auteur.

 

Cela est d’autant plus vrai que le Président de la Mauritanie, Son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz et le Président sénégalais, MackySall ont pris l’expérience du passé douloureux enduré par nos deux pays dans des décennies encore proches et veillent à ce que jamais plus jamais nos deux peuples ne les revivent et qu’ils s’efforceront à les préserver de tout ce qui peut leur nuire.

Voilà pourquoi Dakar ne prend pas le risque d’autoriser les ennemis de la Mauritanie à faire usage de son territoire pour chercher à déstabiliser Nouakchott, à déranger sa quiétude et sa paix civile.

Les Mauritaniens se doivent aujourd’hui de saluer ce geste de Dakar et condamner IRA et ses acolytes pour cette tentative de déstabilisation de la Mauritanie à partir de l’extérieur.

Boumouzouna