Le président de la République à Nouadhibou :" Les conseils régionaux permettront la réalisation d'un développement local équilibré et équitable"

mar, 2017-08-01 22:28

Nouadhibou,  01/08/2017  -  Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a présidé mardi soir à Nouadhibou, capitale de Dakhlet-Nouadhibou, un meeting populaire auquel ont participé toutes les sensibilités politiques, sociales et professionnelles des moughataas et des communes de la wilaya.

Le Président de la République a remercié les populations de la wilaya pour leur afflux massif à ce meeting depuis les premières heures du jour qui prouve leur attachement au processus de construction nationale en cours et leur disposition à voter massivement par oui pour les amendements constitutionnels le 5 août prochain.

Il a dit que l’ampleur du meeting peut dispenser de prendre la parole, car elle démontre l’état de sensibilisation des populations de la wilaya et leur engagement pour les choix nationaux, soulignant que l’État va poursuivre ce processus qui a gagné la confiance des habitants de Dakhlet-Nouadhibou.

Il a dit que ces amendements constitutionnels proposés au référendum sont le fruit d’un dialogue constructif entre les partis de la majorité présidentielle et les formations politiques de l’opposition responsable et patriotique.

Il a, par la suite, passé en revue les principales composantes de ces amendements qui concernent la suppression du sénat, la création de conseils régionaux, la fusion de certaines institutions, l’amélioration des missions du conseil économique et social par l’intégration de la dimension environnementale, l’ajout de deux bandeaux rouges aux drapeau national dédiés à notre vaillante résistance nationale, à la préservation de l’identité arabe, africaine et islamique de la Mauritanie et en guise de reconnaissance aux martyrs qui ont donné leur vie et versé leur sang pour la défense de la patrie.

Il a ajouté que cela comporte un message pour l'intérieur et l’extérieur signifiant que le citoyen mauritanien est prêt à mourir pour la défense du pays et pour la préservation de sa sécurité et sa stabilité. Le message est adressé également, a-t-il dit, aux générations montantes pour cultiver chez eux l'esprit du sacrifice pour la patrie.

Il a dit que ceux qui prêchent pour le vote du non, n’ont ni vision, ni stratégie en ce qui concerne le présent et l’avenir de la Mauritanie.

Il a précisé que la deuxième composante des amendements est relative à la suppression du sénat pour affecter ses énormes charges dont ne bénéficient que 56 personnes à des secteurs plus vitaux.

Il a indiqué que le mode d’élection indirect de cette chambre au collège électoral restreint l’expose à des pratiques pas convenables qui ne servent pas la transparence et qui ne lui permettent plus de rester une institution constitutionnelle.

Il a rappelé que ce sénat a coûté à l’État depuis sa création en 1992 plus de 16 milliards d’Ouguiyas, sans compter les frais de voyages et les soins médicaux, partis en fumée sans réalisations palpables au profit des circonscriptions qui ont élu ses membres.

Il a ajouté que le sénat sera compensé par les conseils régionaux qui exerceront à proximité des populations et garantiront un développement local équilibré tenant compte des spécificités, des réalités et des priorités de chaque wilaya.

Il a dit que si ces conseils régionaux existaient depuis quelques décennies, nous aurions pu asseoir une décentralisation réelle et répartir les ressources du pays de façon équitable en mettant à la disposition des citoyens les divers services dans leurs terroirs, en allégeant la pression sur la ville de Nouakchott et en créant des pôles de développement efficients dans toutes les wilayas.

Le Président de la République s’est appesanti également sur la proposition relative à la fusion en une institution du haut conseil de la fatwa et des recours, du haut conseil islamique et du médiateur de la République et l’intégration de la dimension environnementale au conseil économique et social. Il s’agit toujours, a-t-il dit, de rationaliser les ressources et de les affecter à des secteurs plus rentables pour le citoyen.

A suivra…