OPINION : Le nouveau Premier ministre, un responsable honnête et un cadre intègre (Par/ Dr Bih Abdelkader Ahmed Cheine)

mer, 2020-09-02 17:42

Pour relancer une économie grippée par la pandémie de la Covid 19, il faut aller vite mais avec assurance, méthode et transparence.

Le Président de la République, Son Excellence Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a bien respecté ce triptyque pour réussir son programme de développement du pays. Pour bien cette mission que lui a assignée le peuple, le Président de la République s’est entouré d’une équipe gouvernementale compétente, dirigé par un excellent technocrate. Ce dernier est Mohamed Ould Bilal nommé Premier ministre pour coordonner l’action de cette équipe.

La morosité est mondiale, avec la Covid 19 qui a fini de mettre toutes les économies à terre. Le gouvernement met le pied à l’étrier, et accélère la cadence pour résorber les déficits, stabiliser et corriger des imperfections héritées de cette pandémie. Dans ce travail de changement d’orientation, le président Mohamed Ould Cheikh EL Ghazouani a fait confiance à Mohamed Ould Bilal, 57 ans, précédemment conseiller à la Primature, pour diriger le gouvernement. Un homme qui a une fine connaissance des grands dossiers et peut apporter une plus-value dans cette relance de notre économie grippée par la Covid 19. Le Premier ministre a des aptitudes certaines, pour apporter des solutions aux questions sociales existantes.

Le nouveau Premier ministre a occupé par le passé divers postes dont celui de l’Equipement et des Transports, (2007-2008). Son cursus de cadre ingénieur d’Etat en hydraulique (option : aménagements) sortant de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Hydraulique de Blida (Algérie) lui confère des prédispositions dans la priorisation des politiques à mener aux bénéfices des populations pour la relance économique.

Sa longue et grande expérience de gestion des institutions publiques constitue une preuve de plus de sa capacité de pouvoir mener à bien sa mission pour réaliser le programme de campagne du Président de la République. Le locataire de la primature a dirigé par le passé un projet du Commissariat à la Sécurité alimentaire, en Assaba, qui entrait dans le cadre de la lutte contre la pauvreté.

Ainsi, entre 1993 à 2000 soit 7 ans, il était en contact avec les populations, dans la profonde Mauritanie, pour servir ces populations, échanger avec elles et connaitre les difficultés auxquelles elles font face. Dans cette dynamique, il fut également consultant à l’Agence de Développement Urbain (ADU), avant de se retrouver à la tête de la Direction des Infrastructures de cette même structure publique. Cette lancée sera corroborée par son entrée au gouvernement en 2007 pour devenir ministre de l’Equipement et des Transports.

Déjà entre octobre 2013 et avril 2014, il occupe la Direction générale de la Société Mauritanienne d’Électricité (SOMELEC). En 2016, il est nommé à la tête d’ATTM (filiale de la SNIM). Ce qui lui donne une compétence transversale et une vision claire des grandes orientations pour traduire en actes le programme de développement tracé par le Président de la République. On ne dira jamais assez que l’actuel premier responsable de la primature constitue le bon choix pour conduire une équipe composée de grandes compétences.

C’est aussi un bon choix qui respecte et reflète les engagements de campagne du Président de la République visant à lutter contre les inégalités sociales. Oui, c’est un Président rassembleur dont la vision stratégique est d’instaurer la justice, de raffermir l’unité nationale et d’œuvrer pour le bien-être de toute la Mauritanie.

La transparence, son crédo
Ce jeune technocrate, célèbre par rigueur, sa vigilance, son honnêteté, son sérieux et surtout par sa capacité de dissocier la bonne graine de l’ivraie, détient tous les atouts pour remplir ses fonctions en toute transparence. En effet, en 2008, il a occupé brièvement un poste de directeur de la Société mauritanienne d’électricité (SOMELEC), poste qu’il a quitté rapidement car il était pointilleux sur les règles de passations de marchés et de gestion des deniers publics.

Dr Bih Abdelkader Ahmed Cheine
Maitre de Conférences en Sociologie du Développement