Le MASEF organise un atelier de renforcement des capacités sur le genre et la participation politique des femmes

lun, 2017-03-20 22:37

Le Centre de Formation pour la Promotion Féminine a abrité ce matin un Atelier de renforcement des capacités des femmes sur l’institutionnalisation du genre, l’autonomisation politique et économique des femmes et les violences basées sur le genre.

Organisé par le Ministère des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille, avec l’appui technique des Nations Unis, via la Commission Economique et Sociale pour l’Asie de l’Est (ESCWA), l’atelier était animé par Madame Al Rasheeda Ameena, conseillère régionale de l’ESCWA et M. Saleck Ould Jeireb, Directeur des Etudes, de la Coopération et du Suivi au MASEF.

Pas moins d’une vingtaine de participants et de participantes, incluant le département, la société civile et les médias, ont pris part à cet atelier tenu du 20 au 23 mars courant.

Pour cette première journée de l’atelier, la conseillère régionale de l’ESCWA s’attardera longuement sur les conventions internationales en mettant l’accent sur le 5ème objectif du Développement Durable et sur les questions relevant de l’idée d’égalité de genre et des droits humains des femmes.

Qu’il s’agisse du genre social, des causes et conséquences de la discrimination de genre, du rôle de la femme dans la société, de la participation politique des femmes, des législations nationales et conventions internationales, les modérateurs n’ont occulté aucune question, les questions centrales auxquelles sont confrontées les femmes étant la toile de fond de cet atelier fort instructif.

« Le concept du genre social est basé sur la compréhension du rôle de la femme dont la marginalisation n’est pas récente », dira l’experte de l’ESCWA qui indiquera que tout ce qui concerne la femme est relégué au second plan, l’image de la femme étant dépréciée même dans les manuels scolaires et dans les publicités que l’on peut voir sur le petit écran.

Rappelant que le premier objectif du Développement Durable est la lutte contre la pauvreté, Madame Al Rasheeda Ameena notera que les statistiques onusiennes ont révélé que 80% des pauvres dans le monde sont des femmes et de ce fait, la pauvreté a un visage féminisé.

La deuxième journée sera consacrée au rôle des partis politiques dans l’autonomisation politique des femmes.