An I de l’investiture du Président Ghazouani : Une première année pleine de réalisations

mer, 2020-07-29 11:54

mar, 28/07/2020 - 23:01

Cela fait une année que Son Excellence le Président de la République Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani a été élu et a pris ses fonctions à la tête de notre pays, le 2 août 2019.

Malgré la conjoncture internationale difficile qui sera accentuée par une pandémie du COVID-19, trois mois plus tard, bousculant les équilibres des plus grandes puissances mondiales, que ce soit dans leurs systèmes sanitaires ou socioéconomiques et malgré le fait que son pouvoir se mettait à peine en place, cette première année de gestion des affaires du pays fut vraiment une période pleine de réalisations.

En effet, la première mesure prise par le Président était la normalisation de la vie politique. Une question de la plus haute importance. Car, il urgeait d’apaiser la scène politique dont les acteurs de l’arène se devaient de calmer le jeu et travailler main dans la main, non seulement pour réussir le programme du Président de la République aligné sur les objectifs de développement durable, mais aussi de mettre en marche une démocratie véritable où prime l’intérêt supérieur de la Nation.

Parmi les points importants du programme ‘’Taahoudaty’’ (Mes Engagements), la lutte contre le phénomène des faux médicaments et la réforme du secteur de la santé. Une promesse électorale traduite en action gouvernementale. Le département de la santé avait entamé une lutte très sévère contre les médicaments périmés ou contrefaits et imposé le respect de la distanciation entre les pharmacies. Plusieurs campagnes d’inspection ont été menées et des sanctions appliquées sur les auteurs de violation de la loi. Mais l’apparition du coronavirus a imposé au département à concentrer ses efforts sur la lutte contre cette pandémie planétaire. Des mesures préventives précoces ont été prises pour limiter la propagation du virus et les staffs de santé ont joué un rôle d’avant-garde dans cette lutte.

Ainsi, après l'apparition du premier cas de Covid-19 importé dans le pays, le Président a pris à bras le corps la crise en s’adressant à la population dans un discours à la Nation où il a annoncé de mesures drastiques pour protéger et rassurer les citoyens sur le fait que le pays était entre de bonnes mains.

Le Président de la République n’a pas manqué d’accompagner ces mesures fortes d’un ensemble de décisions socio-économiques permettant la mise en place d’un fonds spécial d’assurance sociale et de lutte contre le COVID-19, la livraison de vivres aux pauvres dans leurs foyers. Il a également déclaré que l'État supportera la facturation d'eau et d’électricité deux mois durant au niveau urbain et pour le restant de l'année au niveau rural. De même, les familles pauvres recevaient des sommes financières mensuelles sur l'ensemble du territoire national pour atténuer les effets de la pandémie.

A cela s’ajoute, l’exonération des produits alimentaires et leur disponibilisation en quantité suffisante, mettant en garde contre toute spéculation sur les prix.

Au niveau de l'emploi, dans le cadre d'un accord entre l'Etat et le patronat mauritanien, 6000 opportunités d'emploi ont été créées dans le secteur privé et 500 projets jeunesse générateurs de revenus ont été financés dans le cadre du programme «Mon projet, mon avenir» lancé par le ministère de l'Emploi. Le processus de sélection des projets lauréats vient d’être achevé. Ces projets fourniront des sources de revenus à leurs porteurs, mais aussi offriront des opportunités d'emploi aux chômeurs, car il est prévu que chaque projet fournira au moins 3 opportunités d'emploi et contribuera au développement des zones qui en bénéficient.

Dans les secteurs de l'agriculture, de la pêche et des transports, des grands chantiers ont été accomplis. Des milliers d'hectares ont été aménagés pour parvenir à l'autosuffisance agricole,une nouvelle stratégie de pêche a été élaborée, le port de Tanit a été ouvert et des dizaines de kilomètres de routes goudronnées ont été construites.

L'accord avec la société Tasiast a également été revu et la part de l'Etat dans son capital a été portée au double et à 25% pour la mine sud.

Tout récemment, un projet de loi relevant l'âge de la retraite à 63 ans a été adopté en Conseil des Ministres et voté par le Parlement. Une bonne décision qui permettra à l'État de bénéficier des expériences et des compétences que ces personnes ont accumulées pendant une période plus longue, tout en préparant au mieux ceux qui reprendront le flambeau par la suite.

Autant de réalisations remarquables en si peu temps, qui, nous l’espérons, se poursuivront et doubleront dans les années à venir.

Un premier résultat honorable à tous égards et qui confirme, si besoin en est, que nous allons dans la bonne direction et que l’avenir sera meilleur pour tous les mauritaniens.

Réseau CONADES Société Civile Mauritanienne

BOUMOUZOUNA