Réforme et professionnalisation de la presse mauritanienne, un chantier en cours d’exécution

lun, 2020-06-08 02:04

L'Authentique - Plus d’une centaine de journalistes, regroupant trois générations, celle des indépendances, celle des années 90 à 2000 et celle de 2000 à nos jours, sont en pleine œuvre dans un chantier, celui de la réforme et de la professionnalisation de la presse mauritanienne.

Au menu, un Pacte Professionnel des Journalistes Mauritaniens est déjà élaboré et signé par un nombre important de journalistes et d’autres sont en train de rejoindre le mouvement.

Le prétexte, l’ouverture des nouvelles autorités, à leur tête le Président de la République Mohamed Ould Ghazwani, à accompagner toute initiative tendant à réformer et professionnaliser les médias mauritaniens. Voici le contenu du Pacte qui a déjà été paraphé par près de 200 journalistes.

Pacte Professionnel des Journalistes Mauritaniens

Guidés par le souci d’engager une réforme profonde de la presse mauritanienne sur des bases garantissant la liberté de presse et le réel exercice du métier de journaliste avec professionnalisme et responsabilité.

Nous fondant sur des réalisations positives, même si elles sont en deçà de ce qui était attendu, et qui ont été accomplies dans le domaine de l’information depuis l’indépendance, notamment la loi sur la presse connue sous le nom de Loi de 1963 sur la diffusion et l’impression, la loi sur la presse du 25 juillet 1991, ainsi que les modifications qui lui ont été apportées en 2006 et en 2010, ainsi que la loi 045/2010 sur l’audiovisuel.

Conscients de la nécessité de consolider le rôle d’avant-garde que joue la presse nationale dans la cohésion sociale et l’unité nationale, dans le développement et la prospérité du peuple mauritanien, dans la défense de ses valeurs intrinsèques et l’émergence d’une société intelligente et instruite.

Prenant en compte les maux dont souffre le secteur de la presse et de la communication, notamment le laisser-aller dans lequel il se débat depuis les années 90 et qui a complètement dévoyé la profession de journaliste, faisant du métier un tremplin pour manant, juste bon pour se faire de l’argent par la provocation, même au détriment de l’unité nationale et de la cohésion sociale, un simple instrument d’apologie, de médisance et de diffamation.

Considérant la nécessité d’assainir et de réformer profondément le secteur de la presse et de l’information en vue de garantir les droits des journalistes, tant sur le plan moral que matériel, en leur offrant un environnement propice à les protéger contre les exactions et les pressions auxquelles ils sont confrontés dans l’exercice de leur profession.

Se fondant sur l’engagement formulé par le Président de la République au cours du mois de mai 2020 par rapport à la réforme et à la professionnalisation du secteur de la presse. Considérant cet engagement du Chef de l’Etat, comme le prolongement de celui qu’il avait précédemment pris lors de la conférence de presse qui l’avait réuni au mois de mars 2020 avec les représentants des médias.

Nous, journalistes mauritaniens signataires du présent PACTE, dans lequel nous nous retrouvons et nous assimilons jusqu’à l’atteinte des objectifs pour lequel nous l’avons élaboré et adopté, portons à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit :

1- Nous, représentants de trois générations de journalistes, et après plusieurs décennies de latence, avons décidé de nous fondre dans un seul et unique corps de métier. Les générations dont il s’agit sont les suivantes :

- La Génération des Fondateurs (1960-1980)

- La Deuxième Génération (1981-2000)

- La Troisième Génération (2001-2020)

Nous, les Trois Générations de journalistes mauritaniens ci-dessus identifiés, avons décidé d’unir nos efforts, à travers nos expériences et nos compétences, pour défendre notre profession et la débarrasser de ses intrus.

2- Nous avons décidé de nous réunir pour œuvrer à la réussite du prochain congrès sous le sceau d’une réforme capable de restituer à la profession de journaliste ses lettres de noblesse. Cette réforme touchera la professionnalisation, les textes de base, les acteurs et les objectifs spécifiques.

Nous œuvrerons également à consolider nos rangs au sein d’un unique référenciel qui sera le creuset des professionnels du milieu, muraille protectrice du métier de journaliste et cadre unificateur des acteurs de la presse.

3- Nous avons décidé de rendre spécial le prochain Congrès, pour en faire un congrès annonciateur d’une période nouvelle avec une direction forte qui sera chargée de piloter une vision inédite basée sur la professionnalisation du métier de journaliste et la participation au plus haut niveau à la réforme tant souhaité du secteur de la presse, dans un environnement marqué par la disponibilité du plus haut magistrat du pays à accompagner ce mouvement.

4- Nous tenons à informer qui de droit, et à travers ce Pacte, de notre volonté ferme de réunir les trois générations de journalistes du pays autour du Pacte professionnel. Nous lançons par la même occasion un Appel sincère aux autorités du pays pour qu’elles accélèrent la réforme tant attendue du secteur de la presse, réforme pour laquelle nous mettons à disposition notre expertise et nos expériences, et qui ne peut être garantie que par l’adoption d’une loi définissant les critères d’exercice de la profession de journaliste, qui délimite son rôle et ses prérogatives, tout en la débarrassant des maux qui l’ont gangrénée durant les dernières décennies.

Cette loi doit garantir au journaliste l’exercice légal de sa profession, tout en permettant au secteur de se développer, d’assurer la protection juridique de ses acteurs et d’être considéré comme partenaire incontournable dans l’ensemble des plans et programmes nationaux qui s’inscrivent dans les aspirations du peuple mauritanien. Une loi, qui permet d’une manière équitable à tous les organes de presse d’avoir les mêmes opportunités d’accès aux différentes aides publique de l’Etat.

5- Appeler à une coordination et à une concertation entre les institutions gouvernementales concernées et les tenants de la présente initiative dans l’exécution du contenu de ce Pacte afin de faire de la réforme du secteur de la presse une préoccupation de tous les acteurs

6- Œuvrer à la mise en place d’une Ecole de journalisme spécialisée dans l’enseignement des techniques de l’information et de la communication, mais aussi dans les stages de formation et de promotion aux métiers de journalisme. Ouvrir aussi si nécessaire des sections de journalisme dans les universités nationales, afin de fournir au marché médiatique des journalistes professionnels bien formés.

7- Ancrer les principes d’éthique et de déontologie de la profession de journaliste afin que les praticiens du secteur soient mieux imbus de leur rôle dans le développement du pays

8- Les Signataires du présent Pacte invitent les Autorités nationales à associer les journalistes mauritaniens dans les différents Conseils d’Administration et dans les Organes publics chargés de gérer des secteurs en relation avec l’information et la communication ou proches de leurs domaines de compétences, parce que les plus concerné par les questions relevant du secteur.

9- Invitons l’ensemble des membres de la famille du secteur de la presse, quel que soit leur lieu de résidence, à parapher ce Pacte Professionnel, à s’y conformer, à ne pas rompre l’esprit de consensus qui garantit l’exercice de la profession. Les invitons aussi à consentir les sacrifices nécessaires à l’ancrage des valeurs sur lesquelles se fondent ce pacte.

10- Confirmons que le présent Pacte n’est que l’expression d’intentions et de principes qui lient ceux qui s’y engagent et le signent, ceux qui comptent faire de la réforme du secteur de la presse et sa professionnalisation l’objet de concertations ultérieures dont l’organisation avec la participation de l’ensemble des acteurs, prendra en compte les réalisations, les acquis et les disponibilités actuelles, afin de permettre de tracer des objectifs futurs communs.

Trois Organes pour la Réforme et la Professionnalisation de la presse

A la lumière de cette tendance réformatrice de la presse mauritanienne, des organes ont été mis en place. Voici leur composition et les missions qui sont confiées à chacun d’entre eux.

Après plusieurs jours de débats riches et variés à travers Watsapp entre les membres du groupe « Ensemble pour la Réforme et la Professionnalisation » composés des trois générations de journalistes mauritaniens, il a été décidé de mettre en place un Pacte Professionnel des Journalistes Mauritaniens pour consolider les rangs des acteurs du milieu de la presse et assurer le plein succès de la réforme et de la professionnalisation envisagées du secteur.

Sur la base des observations et remarques émises sur le draft du Pacte Professionnel des Journalistes Mauritaniens, le document final a été largement approuvé par la majorité de ceux qui se sont exprimés à travers le groupe Watsapp en question. Un nombre restreint d’intervenants a proposé de concentrer les efforts d’abord sur les sujets relatifs à la réforme et à la professionnalisation avant de penser à l’idée d’une structure commune. Lors d’un second round de discussion, ces mêmes intervenant sont revenus sur leur position et ont décidé de se soumettre au consensus général, celui qui accorde la priorité au Pacte Professionnel.

Afin de traduire d’une manière concrète les points retenus par les signataires du Pacte Professionnel, des groupes de travail ont été crées pour réaliser les objectifs de réforme tant souhaités.

Comité des Sages du Pacte Professionnel des Journalistes

Il est créé un Comité des Sages du Pacte professionnel des journalistes mauritaniens composé des représentants de différentes générations de journalistes. Il s’agit d’un haut organe consultatif dont la mission sera d’orienter le Comité chargé de la Coordination et du Suivi, ici désigné sous le vocable Coordination générale, qu’il conseillera et accompagnera, conformément à l’esprit du Pacte, tout au long du processus de réflexion autour de la réforme profonde envisagée du secteur de la presse. Le Comité des Sages approuvera et donnera son point de vue sur l’ensemble des documents et rapports généraux qui seront produits.

A travers des concertations à distance, dictées par la situation sanitaire actuelle, les membres du Comité des Sages pourront ainsi encadrer la Coordination générale d’une manière continue. Chaque session du Comité sera dirigée par un membre, selon une présidence tournante et sur la base d’un consensus interne. Les sessions du Comité se tiendront quelque soit le quorum, à charge pour les présents d’informer les absents des décisions prises tout en leur fournissant les documents, rapports et procès-verbaux échangés au cours de la session.

Le Coordinateur général ou celui qu’il désignera, sera chargé d’assurer le Secrétariat des sessions du Comité des Sages. Il assurera la conservation des documents, la rédaction des rapports et la publication des communiqués.

Grande Commission Technique chargée du Plan de Réforme et de Professionnalisation

En concertation avec la Coordination Générale et le Comité des Sages, et dans l’esprit du Pacte Professionnel, la Grande Commission Technique Chargée de la Réforme et de la Professionnalisation propose les lignes générales de la réforme et de la professionnalisation envisagée du secteur de la presse en Mauritanie, et cela dans un délai n’excédant pas deux (2) semaines après sa mise en place. Elle fixe les règles de base du plan, élabore un mémo synthétique, avec des points précis, succincts et limités, mais reprenant d’une manière complète l’ensemble des questions relatives à la situation actuelle de la presse mauritanienne et les points de réforme envisagés.

Une fois les grandes lignes approuvées par la Coordination générale et par le Comité des Sages, la Grande Commission Technique se chargera alors de mettre le plan en exécution dans un délai ne dépassant pas deux (2) mois. Le résultat du travail réalisé sera présenté au cours d’un congrès général qui sera organisé par la Coordination et auquel l’ensemble des membres du Pacte Professionnel seront conviés, ainsi que toute personnalité dont la présence sera jugée nécessaire. Le document produit sera soumis à un débat général et adopté en plénière.

Le Comité des Sages, la Coordination Générale et la Grande Commission Technique décideront par la suite des moyens les plus appropriés pour transmettre le document final à qui de droit ainsi que sa publication à l’intention de l’opinion publique.

La Grande Commission Technique chargée de la Réforme et de la Professionnalisation dispatchera le travail entre ses commissions spécialisées, dont chacune sera chargée de l’exécution d’une partie du plan d’action avec un deadline bien précis. La Grande Commission pourra solliciter l’expertise de n’importe quel membre du Pacte après avis de la Coordination Générale.

Comité chargé de la Coordination et du Suivi

Le Comité Chargé de la Coordination et du Suivi, encore appelé Coordination Générale, est la vitrine externe et l’organe chargé de la communication du Pacte Professionnel des Journalistes Mauritaniens. C’est également, à titre provisoire, son organe de direction. Il propose des plans de travail, délimite les règles de base de leur exécution et charge les membres du pacte, à titre individuel ou collectif, de toute tâche qu’il pourrait leur assigner.

Le Comité est également chargé de coordonner le travail des équipes. Il supervise et booste les activités liées au plan de réforme et de professionnalisation, appuie et accompagne les commissions spécialisées en cas de besoin.

Il est aussi chargé de la conservation des documents du Pacte et propose les moyens de gestion, que cela soit en termes humains ou logistiques, pour l’accomplissement des tâches.

Cheikh Aïdara